︎ alloandymaple@gmail.com


Andy Maple vit et travaille à Tiohtiá:ke / Mooniyaang (Montréal), d’où se situe sa pratique comme artiste visuelle et travailleuse culturelle. En 2020, Alex Pouliot et elle cofondent Pièce jointe, une maison d’édition axée sur la recherche d’artistes en art actuel qui vise à déployer les méthodologies artistiques hors du contexte académique. Dans sa pratique, Andy Maple porte son attention sur la division entre la nature et l’humain, au sein de la culture occidentale. Ses projets sont menés par la volonté de renouer avec le monde vivant, et s’activent grâce à des stratégies interdisciplinaires qui enchevêtrent les méthodes artisanales et scientifiques. Plus récemment, ses recherches l’emmènent à se pencher sur le lien entre les pratiques artisanales traditionnelles et les ressources naturelles qu’elles emploient, et sur la relation d’interdépendance avec le vivant que de telles pratiques peuvent engendrer. 




Démarche


Le travail d’Andy Maple prend racine dans une approche critique et écoféministe des rapports humains envers le monde vivant. Elle porte son attention sur la séparation de l’humain et de la nature dans la culture occidentale, et sur le rôle du colonialisme dans cette séparation. Parmi les effets d’une telle rupture, la perte de parenté avec le vivant constitue le point névralgique de sa recherche. Ressentie comme une absence de filiation avec la nature, la perte de parenté vient troubler les liens d’interdépendance et inhibe un possible rapport de réciprocité avec le monde non-humain. Menée par la volonté de renouer avec le vivant, elle s’active à guérir de cette rupture par une pratique interdisciplinaire qui la repositionne dans et de la nature.

Elle déploie sa pratique par des stratégies qui enchevêtrent les méthodes artisanales et scientifiques. Ces disciplines modulent son approche expérimentale de recherche, animée en grande partie par la curiosité, l’amour de la matière et l’assise théorique. Ses oeuvres prennent vie, entre autres, à travers la poterie, le travail textile et l’image. À celles-ci se noue une démarche relationnelle, qu’elle entretient grâce à la facilitation d’ateliers participatifs au sujet du deuil climatique comme outil de résilience. Ses recherches récentes se penchent sur le lien entre les pratiques artisanales traditionnelles et les ressources naturelles qu’elles emploient — comme l’argile pour la céramique — et du rapport d’interdépendance que de telles pratiques peuvent engendrer.





Exposition en cours

2021    FUN&FLORE, Le Livart. Tiohtiá:ke (Montréal) (25.11 - 22.12)

Exposition individuelle

2019    Porter la neige avec soi, Galerie POPOP. Tiohtiá:ke (Montréal). Collectif Hibernal

Expositions collectives

2021    Passage à découvert, Galerie de l’UQAM. Tiohtiá:ke (Montréal)
2020    ARTCH Art contemporain émergent, Square Dorchester. Tiohtiá:ke (Montréal)
2020    Parle-moi d’amour, Les Impatients, Musée d’art contemporain de Montréal. Tiohtiá:ke (Montréal). Collectif Hibernal
2019    Aussenwelt IV, Espace Deneb. Tiohtiá:ke (Montréal)
2019    La somme des distances, 2701 rue Ontario E. Tiohtiá:ke (Montréal)
2019    Paramètres XVIII, Salle d’exposition Georges-Émile Lapalme. Tiohtiá:ke (Montréal)
2018    En chantier, UQAM. Tiohtiá:ke (Montréal)


Prix et bourses

2021     Prix en mémoire de Mathieu-Lefevre. Tiohtiá:ke (Montréal)
2020    Bourse de production, Artch, marché de l’art émergentTiohtiá:ke (Montréal)